Améliorer l’estime de soi et la confiance en soi avec la psychologie positive

Qui ne s’est jamais senti dans l’incapacité de passer à l’action par manque d’estime de soi ou de confiance en soi ? Que pouvons-nous faire pour nous améliorer dans ces domaines ?

En m’appuyant sur la formation en psychologie positive que je suis actuellement, je vais tenter de répondre à ces deux questions cruciales dans cet article. Cruciales, vraiment ?

Oui, dans mon cheminement actuel, ce module de formation tombe à point nommé ! Parfois je me dis que si je n’avais pas eu d’estime ni de confiance en moi, je n’aurais jamais pris ce congé création d’entreprise, ni osé me revendiquer « porteuse de projet ».

Certes, ce n’est pas faux. Mais estime et confiance en soi sont très variables et dépendantes des expériences vécues. Et pour moi, en ce moment, c’est la fin d’un projet, le début d’un plan B prévu il y a quelques mois… qui n’est peut-être pas le projet idéal à engager aujourd’hui …

Bref, je suis de nouveau « en chantier », en recherche de moi-même ! Et mon mental tente de reprendre le dessus et de me faire vivre dans l’angoisse de l’avenir qui par définition est inconnu… Heureusement, j’ai mis en place depuis quelques mois des stratégies bien-être qui me permettent de continuer à avancer dans l’action.

Il n’empêche que quelques trucs en plus pour booster estime et confiance en soi me font le plus grand bien ! Alors si vous aussi vous souhaitez renforcer votre estime et votre confiance en vous, cet article est fait pour vous !

Estime de soi et confiance en soi

 

Estime de soi et confiance en soi sont deux concepts qui sont intimement liés et souvent confondus. Ils ont en commun le fait que, quel que soit le niveau de confiance et d’estime de soi, à tous les âges nous pouvons les améliorer.

La faible estime et confiance en soi affecte notre bonheur et notre bien-être. Toutes les catégories sociales peuvent être concernées par ce déficit d’estime et de confiance en soi, même les personnes qui ont beaucoup de succès dans leur vie.

Les définitions de ces deux concepts vont nous permettre de mieux aborder les stratégies pour renforcer notre estime et notre confiance en nous.

Estime de soi et confiance en soi en psychologie positive

Estime de soi et confiance en soi en psychologie positive

Définition de l’estime de soi

L’estime de soi peut se définir comme « l’aptitude de toute personne à éprouver un sentiment favorable à son propre égard, ce sentiment naît de la bonne opinion que la personne a d’elle-même et de la valeur qu’elle se donne ». C’est un peu comme un baromètre qui révèle dans quelle mesure nous vivons en accord avec nos valeurs.

L’estime de soi se manifeste par la fierté que nous avons de nous-mêmes. Elle repose donc sur l’évaluation, consciente ou inconsciente, que nous faisons de nos comportements.

En fait, à chaque action importante, nous émettons un jugement qui se résume à deux façons de penser :

  • « Ce que je fais est valable à mes yeux » et représente donc une certaine valeur. Dans ce cas je me sens valorisée et je ressens des sentiments positifs ;
  • « Ce que je fais n’est pas valable » et n’a donc pas de valeur à mes yeux, ce qui peut générer des émotions et des pensées négatives.

L’estime de soi est une valeur fragile et susceptible de changer rapidement.

Elle augmente à chaque fois que nous agissons en respectant nos valeurs personnelles. Par exemple, quand nous osons nous exprimer en prenant la parole en public pour donner notre opinion face à des personnes que nous jugeons plus compétentes que nous. Nous sommes alors fiers de nous-mêmes.

Elle baisse quand nos comportements contredisent nos valeurs. Par exemple, quand nous renions nos valeurs de sincérité en ne disant pas la vérité pour éviter une discussion, nous baissons dans notre propre estime.

L’impact de l’estime de soi sur la qualité de vie

Voici un tableau qui récapitule en termes d’action et d’évolution, de relations sociales, d’amour et de réussite l’impact d’une estime de soi élevée et d’une estime de soi faible :

 

Estime de soi élevée

Estime de soi faible

Action et évolution

Facilite l’action. Permet de mettre en avant nos aspirations et de poursuivre nos objectifs. Ne nous permet pas de vivre notre vie « en grand ». Nous pensons ne rien mériter. Il nous est difficile de repousser nos limites. Nous nous trouvons dans un cercle vicieux : la crainte de l’échec nous rend passif.

Relations sociales

(nous recherchons instinctivement la compagnie de personnes ayant une estime de soi comparable à la nôtre)

Génère le respect de soi. Refus de l’irrespect sous toutes ses formes. La relation devient source de stimulation pour aller de l’avant et évoluer. Nous nous sentons tirés vers le bas. Nous sommes prédisposés à tolérer de mauvais traitements, ce qui entraîne une nouvelle chute de l’estime de soi.

Amour

Effet de réciprocité : quand nous développons une bonne estime personnelle, nous avons aussi de l’estime pour ceux qui partagent nos valeurs. Se sentir estimé par son partenaire renforce sa propre estime de soi. En découle la sécurité personnelle. Nous dépensons moins d’énergie à rechercher la sécurité et la confirmation de notre propre valeur dans les yeux de notre partenaire. Nous avons des difficultés à croire dans l’amour de l’autre. Nous pensons ne pas mériter une personne qui nous manifeste de l’amour et pour nous protéger, nous pouvons développer du mépris envers cette personne. Relations difficiles.

Réussite

Favorise notre réussite. Nous aide à prendre des risques, à chercher des solutions innovantes, à faire preuve de ténacité et de persévérance. Nous avons des attitudes positives qui nous mènent souvent au succès et nous permettent de faire plus facilement face aux difficultés et aux échecs. Nous méritons de réussir ce que nous entreprenons et n’hésitons pas à nous lancer et à dépenser notre énergie. C’est un cercle vertueux qui permet d’élargir notre vision de la vie. Nous ne visons pas haut. Nos projets échouent par manque de ténacité et d’envie. Notre manque de persévérance est souvent la cause de nos échecs et de notre manque de confiance en nous. Notre mauvaise opinion de nous-mêmes risque de nous faire passer à côté de nombreuses situations enrichissantes.

 

Définition de la confiance en soi

La confiance en soi peut être définie comme « une prédiction réaliste et ponctuelle des ressources personnelles nous permettant de faire face à un genre particulier de situations ». Elle est toujours le résultat de l’accumulation d’expériences passées.

La confiance en soi, tout comme l’estime de soi, est aléatoire et transitoire. Elle s’applique à un domaine particulier et à un moment donné. Il ne s’agit jamais d’une prédiction de résultat mais d’une prévision sur la façon dont les choses vont se passer.

La confiance en soi comporte 5 notions essentielles :

  • Prédiction : La confiance en soi n’est pas une qualité innée ni le résultat d’une introspection ou d’un sentiment. La confiance en soi existe d’abord dans notre esprit : nous faisons une prédiction de quelque chose qui surviendra dans l’avenir.
  • Réaliste : Il n’est pas question de confiance « aveugle » qui pourrait conduire à l’échec. Au contraire, la confiance est réaliste car elle s’appuie sur nos expériences passées.
  • Des ressources suffisantes : Quand nous entreprenons une tâche nouvelle ou quand nous nous impliquons dans une situation inconnue, nous ne pouvons connaître les résultats à l’avance. Notre contribution, même si elle est importante, n’est que partielle. Les résultats dépendent d’un grand nombre de facteurs. Notre confiance prédit avec réalisme que nous disposons des ressources nécessaires pour faire face à une situation. Quand nous sommes confiants, nous savons que nous réussirons à nous lancer dans un projet car nous en avons les capacités. Nous ne savons pas si nous réussirons à atteindre nos objectifs mais dès le départ nous savons que nous ferons tout pour y arriver.
  • La confiance se manifeste dans un domaine particulier : Pour que la confiance soit présente et utile, la prédiction doit être réaliste. Nous pouvons par exemple avoir confiance en nous en tant que cycliste mais très peu confiance en tant que nageur. C’est le résultat des expériences accumulées dans ces 2 domaines qui servira de principal critère de prédiction. La confiance n’est donc pas généralisée à tous nos domaines de vies et peut fortement varier d’un thème à l’autre et d’une action à l’autre. D’où l’intérêt de nous orienter vers des objectifs précis en adéquation avec nos valeurs et nos centres d’intérêt.
  • La confiance reste une notion temporaire : La confiance en soi étant réaliste et ancrée dans l’expérience, elle n’est jamais acquise définitivement et reste donc temporaire. Nous pouvons retrouver rapidement confiance en nous en course à pied après 10 ans sans sport car l’expérience de notre passé de marathonien est toujours là. Quand la confiance n’est pas stimulée, elle baisse progressivement. Des échecs répétés peuvent détruire la confiance qui pourra être ravivée par l’atteinte d’objectifs simples.

Nous pouvons donc attribuer la notion de valeur à l’estime de soi (« je me sens peu ou très important »). La confiance en soi est quant à elle associée à la notion de capacité (« je me sens capable ou incapable de… »).

Améliorer l’estime et la confiance en soi

 

Avant de définir les stratégies pour améliorer l’estime et la confiance en soi, allons voir quels sont les obstacles qui nous empêchent de progresser.

La peur de l’échec

Nous sommes parfois dans l’incapacité de passer à l’action ce qui écarte toute possibilité de réussite. C’est en fait un mécanisme inconscient que nous mettons en place pour nous protéger à cause de notre peur de l’échec.

Ce système qui engendre le manque de confiance en soi se met en place de la façon suivante :

  • Nous avons peur d’échouer et nous nous fabriquons un tas de fausses idées (autrement dit des « croyances limitantes ») ;
  • Ces fausses idées nous bloquent dans nos projets et nous empêchent d’agir ;
  • Sans actions concrètes, les objectifs visés ne peuvent être réalisés ;
  • Les objectifs non réalisés déclenchent une déception personnelle forte puis un sentiment de culpabilité ;
  • Estime de soi et confiance en soi chutent ;
  • La peur de l’échec augmente et le cycle se reproduit.

Quand nous sommes pris dans ce cercle vicieux, nous n’avançons plus. Nous n’écoutons plus nos envies ni nos valeurs, nous ne nous fixons plus d’objectifs et ne pouvons donc pas nous épanouir.

Problème d’image de soi

Une image de soi erronée et dévalorisée est également un obstacle à la progression. Cela nous amène à des comportements particuliers :

  • Nous n’exprimons pas nos besoins ni nos désirs ;
  • Nous ne nous exprimons pas quand quelque chose nous dérange ;
  • Nous sommes incapable de dire « non » et cela nous pose des problèmes ;
  • Nous ne nous défendons pas quand nous sommes attaqués, ou ne défendons pas notre opinion quand nous pensons avoir raison ;
  • Nous sommes incapables de nous mettre en valeur.

Le manque de confiance en nous nous fait ressentir des émotions négatives qui nous empêchent d’avancer : découragement, sentiment d’infériorité, peur, tristesse, angoisse… Nous nous créons ainsi une mauvaise image de nous qui se renforce avec le temps.

L’image de soi conditionne l’estime de soi qui à son tour va diminuer. Le tout impacte la confiance en soi qui s’affaiblit également. Les pensées négatives sont renforcées et la boucle continue.

L’amélioration de l’image de soi est donc nécessaire pour stopper les pensées négatives et rompre cette boucle.

Identification de nos croyances limitantes

Les croyances dites limitantes (car elles nous empêchent d’avancer), ont souvent une source relativement ancienne : dans la relation avec nos parents, notre éducation, notre parcours de vie. Elles se manifestent par des phrases types que nous nous répétons inlassablement et qui sèment de la négativité dans notre esprit.

Voici des exemples de croyances limitantes courantes :

  • « Je ne suis pas capable de… » : Ce type de pensée peut nous rendre service en nous évitant de mener des actions qui ne sont absolument pas en accord avec nos capacités actuelles (par exemple : courir un marathon sans entraînement). Mais très souvent elles sont infondées ;
  • La recherche d’approbation, le besoin d’être apprécié par les autres. Par exemple, nous pouvons nous demander : « Si je dis ça, que vont-ils penser ? » ou « Si je fais ça, comment va-t-il réagir ? ». Cela nous mène parfois à agir en fonction de l’autre et sans tenir compte de nos envies et valeurs personnelles ;
  • « Je me sens nulle dans tout ce que je fais » : Quand nous nous sentons nulles, nous n’essayons même plus de progresser ou de nous lancer dans de nouveaux projets ;
  • « Je ne me contente jamais de ce que j’ai » : A toujours penser que nous pouvons faire mieux, notre vision de nos résultats est toujours négatives et nous ne pouvons pas nous réjouir ;
  • « Je suis tout le temps indécise » : Quand nous nous sentons perdues et ne savons pas réellement ce que nous voulons, nous ne nous sentons pas capables de faire des choix. En agissant ainsi, les autres choisissent pour nous et nous ne prenons jamais de décisions qui pourraient améliorer notre bien-être ;
  • « Je suis constamment soucieuse et anxieuse » : Quand nous avons peur de tout, nous nous coupons du monde et évitons les situations qui nous semblent risquées. Nous nous empêchons ainsi de vivre !

Stratégies pour améliorer notre estime et notre confiance

C’est en passant à l’action que pouvons vaincre notre peur de l’échec et restaurer notre image de nous. Pour se remettre sur la voie de la réussite, chaque petit pas compte. Poser des actes simples nous permet de renouer progressivement avec le succès.

Mais comment combattre nos croyances limitantes qui déclenchent ce manque de confiance en nous ? Voici quelques pistes à suivre :

  • Identifier nos croyances limitantes : Le premier objectif est de prendre conscience des situations et des pensées qui ont une influence négative sur notre quotidien (par exemple, quand nous n’osons pas agir et nous formulons des excuses injustifiées) ;
  • Prendre du recul : A chaque fois que nous nous jugeons, nous critiquons ou nous répétons des phrases négatives, faisons une pause et réfléchissons à ce qui se passe en nous. Bien souvent cette prise de recul suffit pour nous rendre compte que tout cela n’a pas de fondement ;
  • Transposer notre situation sur une amie : Il est parfois plus simple d’être objectif pour les autres que pour soi… Demandons-nous comment nous jugerions les faits qui nous préoccupent s’ils concernaient une amie ;
  • Trouver la raison de notre angoisse : Prendre conscience de nos pensées négatives et de nos croyances limitantes nous permet de remonter le fil du problème. Il est alors intéressant de nous demander pourquoi nous nous disons cela. Soit c’est infondé, soit une fois la problématique définie nous pouvons chercher une solution ;
  • Imaginer le pire pour obtenir le meilleur : Quand nous sommes incapables de prendre une décision que nous avons peur de regretter, imaginons le pire ! En nous rendant compte que le pire qui puisse arriver pour chaque choix que nous pouvons faire n’est pas si terrible ou au contraire est à prendre en compte, la prise de décision est facilitée ;
  • Dédramatiser l’échec : Sans échec il n’y a pas de progrès. Enfant nous sommes tombées environ 1000 fois avant de marcher, qui parlerait de 999 échecs pour une réussite ? Personne ! C’est en échouant que nous apprenons, que nous progressons et que nous finissons par réussir ;
  • Oser dire « Non » : Certaines propositions sont les bienvenues et nous enthousiasment, dans ce cas le « Oui » s’impose. Mais ce n’est pas toujours le cas, parfois nous nous sentons obligées de dire « Oui » et nous nous mettons en situation délicate voire même en stress par rapport à ce que nous avions prévu de faire. Dans ce cas, un « Non » expliqué est préférable ;
  • Connaître nos forces de caractères : Je vous invite à lire mon article Les forces de caractères | Psychologie Positive ;
  • Faire notre liste d’envies et cibler des objectifs concrets : Voici un article pour en savoir plus sur le sujet Comment donner du sens à sa vie et s’accomplir : se fixer des objectifs et les réaliser ­| Psychologie positive .

La réussite de nos actions concrètes nous permet de regagner notre estime et notre confiance en nous. Nous entrons ainsi dans un cercle vertueux idéal pour notre épanouissement 😉.

Partager vos astuces pour booster estime et confiance en soi !

Si ce sujet vous interpelle, je vous invite à utiliser les commentaires ci-dessous pour partager vos expériences, vos astuces et les prises de consciences que vous avez peut être eues en lisant cet article.

Merci ♥♥♥

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *