Optimisme et motivation au top avec la psychologie positive

Dans cet article je partage avec vous l’approche des notions d’optimisme et de motivation en psychologie positive. Des études ont conclu que les personnes optimistes vivent plus longtemps et sont plus heureuses. Elles démontrent également que la motivation est une source de vitalité quotidienne qui peut influencer positivement la santé mentale et la santé physique.

Quel que soit notre projet du moment, l’optimisme et la motivation sont deux ingrédients indispensables à sa bonne réalisation. Mais parfois c’est difficile de cultiver l’optimisme et la motivation

Je suis d’un naturel optimiste et quand j’ai appris la maladie de mon fils, j’ai naturellement focalisé sur le fait qu’il existait une solution : l’opération. En suites opératoires, c’est la possibilité de rééducation qui m’a permis de garder le cap dans un premier temps, puis la recherche d’adaptations pour son autonomie dans un second temps.

Mais petit à petit mon optimisme et ma motivation ont été ébranlés. Pas par rapport à mon fils, non, il y a comme une « motivation de nécessité » pour lui, pour nous. Mais par rapport à moi, à mon avenir « professionnel ». Depuis mon congé parental, j’ai toujours conservé cette vague impression d’avoir ma place dans la société tout en étant incapable de me motiver dans la durée pour un projet professionnel. Et ce module de formation en psychologie positive m’a donné quelques clés de compréhension.

Tout comme le bonheur, l’optimisme et la motivation s’apprennent ! Bonne nouvelle ! Il suffit donc de les travailler pour les améliorer : suivez le guide ! 😉

Optimisme et motivation en psychologie positive

Optimisme et motivation en psychologie positive

L’optimisme

L’optimisme ne se résume pas à « tout le monde est beau, tout le monde est gentil » ! En réalité, l’optimisme est un état d’esprit qui apporte de nombreux bénéfices dans l’atteinte de nos objectifs. Les optimistes sont en effet en meilleure santé, ont plus de chances de surmonter une période difficile, sont de compagnie plus agréable que les pessimistes et réalisent souvent plus de choses.

Parler d’optimisme implique naturellement d’aborder le pessimisme. Voici les définitions de ces deux notions :

  • Optimisme : Les personnes optimistes trouvent des explications permanentes et universelles aux évènements positifs et des explications temporaires et spécifiques aux évènements négatifs. Elles rebondissent rapidement après des problèmes et persévèrent à la première réussite.
  • Pessimisme : Les personnes pessimistes trouvent des explications temporaires et spécifiques aux réussites et des explications permanentes et universelles aux difficultés. Elles ont tendance à s’effondrer sous la pression dans de nombreuses situations et ont des difficultés à se remettre en route.

Voici une vision synthétique des principales différences entre pessimisme et optimisme :

  Optimisme Pessimisme
Permanence Pour l’optimiste, les circonstances favorables sont permanentes (« Je suis né sous une bonne étoile ») alors que les circonstances défavorables sont temporaires (« Le marché du travail n’est pas bon en ce moment »). Pour le pessimiste, les évènements positifs sont liés au hasard ou à une cause particulière et temporaire (« J’ai eu le poste parce que je suis le seul à connaître le travail »), et le négatif est permanent (« Je n’y arriverai jamais… »).
Tendance à généraliser ou à spécifier L’optimiste tend à regarder la spécificité de chaque problème sans avoir recours à la généralisation (« Dans ce cas, … » ; « Ce jour là, … »). Le pessimiste a tendance à faire du problème une généralité (« Je ne suis jamais… » ; « J’ai toujours du mal à… ») et à ne pas voir l’aspect spécifique.
Personnalisation ·        Quand il y a un problème, l’optimiste extériorise les difficultés (« Dans ma famille, on n’est pas musiciens ») ;

·        Quand il y a réussite ou succès, l’optimiste s’attribue facilement les raisons du succès (« J’ai gagné parce que je me suis bien entraîné »).

·        Quand il y a un problème, le pessimiste tend à se l’approprier personnellement (« Je n’ai pas l’oreille musicale ») ;

·        Quand il y a réussite ou succès, le pessimiste extériorise le succès (« J’ai gagné parce que mon adversaire n’était pas au top »).

 

Voilà qui illustre que nous avons intérêt à cultiver l’optimisme et à délaisser le pessimisme qui n’apporte que du négatif. Ces notions jouent un rôle important dans le développement d’un sentiment d’espoir ou de désespoir.

Mais attention, il y a deux circonstances dans lesquelles il vaut mieux rester neutre plutôt que d’adopter un discours trop optimiste :

  • Quand il s’agit de planifier un avenir risqué et incertain, il faut penser à examiner les conséquences d’un scénario négatif pour prendre en compte la situation dans sa globalité ;
  • Quand nous voulons montrer notre sympathie à une personne qui traverse un moment difficile, mieux vaut l’écouter avec neutralité et lui laisser un peu de temps avant de l’orienter vers une façon plus positive de penser.

A part dans ces deux cas de figure, nous avons donc intérêt à miser sur l’optimisme. Mais existe-t-il des outils pour cultiver l’optimisme ?

Comment cultiver l’optimisme et chasser le pessimisme

Dans notre recherche du bonheur et de l’épanouissement, il est nécessaire de privilégier tout ce qui apporte du positif dans la vie. Mon outil fétiche est ce blog “Maman en quête d’équilibre” qui me permet d’exprimer ce que j’ai en tête tout en ayant un autre regard sur les évènements. Voici plusieurs pistes pour passer d’une vision pessimiste à une vision optimiste :

  • Cesser de ruminer le passé : Beaucoup d’évènements passés malheureux peuvent être source d’apprentissage. En nous les remémorant, interrogeons-nous ce que nous pouvons faire pour qu’à l’avenir les choses se passent comme nous le souhaitons ;
  • Reconnaître notre propre responsabilité dans les évènements heureux : A chaque évènement positif qui nous arrive, demandons-nous comment nous y avons contribué directement ou indirectement (par nos actions ou nos forces de caractères) ;
  • Exploiter nos forces de caractère : Si vous n’avez pas encore déterminé vos forces de caractères, je vous invite à le faire en lisant mon article Les forces de caractères | Psychologie Positive. Nous pouvons nous appuyer sur nos forces de caractères pour construire des stratégies qui nous permettront de mener à bien nos projets et également pour affronter des situations plus difficiles ;
  • Apprendre à voir le monde de façon positive : « Voir le verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide ». Prenons le temps de regarder ce qui nous plaît autour de nous (les personnes, les évènements, les paysages…) ;
  • Diminuer nos pensées négatives : A chaque pensée négative que nous identifions, nous pouvons chercher plus d’objectivité en reformulant de façon plus juste. Par exemple nous pouvons remplacer « Quand vais-je retrouver du travail ? » par « Je mène une recherche active pour trouver du travail » ;
  • S’entourer de personnes positives et optimistes : Lorsque notre entourage est pessimiste, il peut être difficile de sourire… La bonne nouvelle c’est que l’optimisme aussi est contagieux ! A nous d’aller vers des personnes positives et souriantes qui prennent les problèmes à bras le corps et ne les laissent pas devenir plus gros qu’ils ne le devraient ;
  • Chasser nos croyances limitantes et notre peur de l’échec : Pour sortir du cercle vicieux des pensées « Je ne suis pas capable de… » ou « J’ai peur de … » qui nous paralysent et empêchent tout passage à l’action, je vous invite à lire mon article Améliorer l’estime de soi et la confiance en soi avec la psychologie positive.

Motivation

La motivation est la volonté de faire un effort jusqu’à atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé. C’est tout ce qui nous donne l’impulsion pour réaliser certaines actions et pour persister jusqu’à la réalisation de notre objectif.

La motivation nous met en action pour répondre à un besoin, à une nécessité. Derrière la motivation, il y a donc une nécessité qui peut être absolue ou non voire même dictée par le plaisir.

A contrario, la démotivation désigne un sentiment de désespoir ou d’angoisse face aux obstacles. Elle s’exprime par le manque d’enthousiasme, d’énergie et par l’inactivité. La démotivation se caractérise par des sentiments pessimistes, une sensation d’accablement suite à la généralisation de mauvaises expériences et par l’impression d’incapacité à atteindre les buts souhaités.

Ces définitions de la motivation et de la démotivation me parlent beaucoup. J’ai souvent l’impression d’avoir envie de pleins de choses et j’ai l’impulsion pour me lancer mais je manque d’énergie pour aller jusqu’au bout. Et en même temps je rêve de retrouver mon enthousiasme et mon énergie sans fin…

Alors comment faire pour être motivé sur le long terme ?

Entretenir sa motivation sur le long terme

La motivation sur le long terme, clé du succès et de la réussite

La motivation sur le long terme, clé du succès et de la réussite

Être optimiste et motivé pour passer à l’action est le premier niveau requis pour avancer sur le chemin de notre épanouissement. Pour passer au niveau supérieur et atteindre nos objectifs, nous avons besoin d’entretenir notre motivation sur la durée. Voici plusieurs clés pour aller dans ce sens :

La motivation journalière

La meilleure motivation pour réguler notre bonheur et notre bien-être est l’auto-motivation ! Eh oui, même si un coach peut nous mettre sur la voie, c’est à l’intérieur de nous que nous devons trouver notre motivation pour qu’elle soit pérenne.

Cela passe avant tout par une prise de conscience des activités de notre vie quotidienne qui sont sources de motivation pour nous. Et pour déterminer ce qui nous motive, nous pouvons faire des micro-pauses tout au long de la journée pour nous poser quelques questions :

  • Que suis-je en train de faire ? Par exemple : je passe l’aspirateur dans mon logement ;
  • Pourquoi est-ce que je le fais ? Par exemple : pour que mon logement soit propre quand mes enfants / mes amis vont arrivés et que nous passions une excellente soirée ensemble dans un cadre agréable ;
  • Qu’est-ce que je ressens en ce moment par rapport à l’activité que je suis en train de faire ? Je n’aime pas faire le ménage et pourtant en ce moment je suis heureuse de passer l’aspirateur dans la perspective de passer une bonne soirée.

Faire cet exercice plusieurs fois par jour nous permet de prendre conscience que nous avons beaucoup de sources de motivation au quotidien.

Analyser le coût et l’avantage d’un comportement inutile

Parfois nous persistons dans un comportement ou une activité qui nous éloigne de nos objectifs, diminue notre bien-être et nous pose problème sur le long terme. Pourquoi nous comportons-nous de cette manière ?

Bien souvent, une peur nous empêche d’avancer vers notre objectif. Par exemple, je me suis récemment rendu compte que je focalisais tellement sur l’envie de trouver l’activité qui me permettrait de vivre ma mission de vie que j’étais tétanisée par la peur de me tromper.

Quand nous sommes habités par la peur, passer à l’action est juste impossible et notre mental tourne en boucle. Comment pourrais-je trouver ma mission de vie si je reste prostrée à écouter mes pensées se bousculer dans ma tête ?

En raisonnant sur le long terme, j’ai bien plus de chances de trouver ma mission de vie en passant à l’action y compris en me trompant qu’en restant face à la multitude de possibilités sans oser en explorer une seule. Sur le court terme, cela me demande de faire face à mes peurs et à mes erreurs.

Persister dans un comportement problématique offre un soulagement immédiat (éviter de se tromper par exemple) mais en même temps cela provoque également un « dommage » immédiat (se sentir incompétent et faible par exemple). Et bien souvent, nous n’avons conscience que du bénéfice immédiat et nous ne voyons pas le lien direct entre ce bénéfice et le mal-être immédiat qui s’en suit et encore moins avec les problématiques liées sur le long terme.

De plus, si nous prenons le cas des addictions (à l’alcool par exemple) qui permettent d’éviter une peur ou une douleur à court terme, le problème de fond est masqué par l’alcool qui devient la problématique centrale. Sur le long terme, devenir « alcoolique » peut susciter de l’empathie et nous faire passer pour une victime.

De la même façon nous pouvons devenir « victime » de la nourriture, du sport intensif, du travail… Dans chaque cas nous nous mettons dans une position de victime pour nous protéger du lourd fardeau de la responsabilité. Aïe, je sais, à moi aussi ça me fait mal de lire et d’écrire ce genre de choses, et pourtant c’est tellement vrai…

Lutter contre la procrastination

Après nous être fixé des objectifs liés à nos valeurs personnelles, il est indispensable de passer à l’action. Sinon nous allons stagner et notre motivation va chuter. Mais nous connaissons tous l’art de toujours repousser au lendemain ce qui peut être fait aujourd’hui, autrement dit la procrastination.

Les contraintes et les pensées qui nous hantent l’esprit nous font repousser le passage à l’action par paresse ou par manque de motivation. Du coup, les choses traînent, s’accumulent et finissent par nous pourrir la vie. Eh oui, ce que nous repoussons reste toujours d’actualité ! Procrastiner ne fait que repousser des tâches du présent vers le futur.

Mais nous gardons en tête tout ce que nous devons faire, ce qui génère du stress, l’impression d’être débordé et une vision de la vie qui se résume à un enchaînement de contraintes. Et ces sensations nous bloquent et font baisser notre énergie jusqu’à ne plus avoir la motivation pour agir et évoluer vers nos objectifs.

Mais comment lutter contre la procrastination ?

Utiliser les « to-do list »

Dresser la liste (sur papier ou sur smartphone) de ce que nous devons absolument faire dans la semaine nous permet de nous ôter de la tête ce que nous ne pouvons pas réaliser tout de suite. Cette « to-do list » n’est pas qu’une liste de contraintes, elle permet aussi de noter tout ce que nous voulons faire pour notre bien-être et notre bonheur.

Une fois la tâche réalisée, quel bonheur de la rayer ! Cela génère le sentiment du devoir accompli qui est source de bien-être et de fierté et également garant d’un moral au beau fixe.

En plus de libérer notre esprit tout en nous permettant de vivre dans le moment présent, nous récupérons de l’énergie pour nous lancer dans les projets qui nous font envie. Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à lire mon article Le temps, une ressource non renouvelable.

Ne plus parler de nos objectifs au conditionnel

Parler au conditionnel est une mauvaise habitude car cela ne s’accompagne pas d’action. Soyons attentifs à la formulation de nos objectifs et transformons toutes les phrases susceptibles de nous bloquer dans la mise ne place de nos objectifs ou dans la réalisation de nos envies.

En bref, un objectif est un verbe d’action au présent.

Prendre soin de nous dans notre globalité

Avoir un « esprit sain dans un corps sain » est le premier objectif vers lequel il est nécessaire de se mettre en action. Prendre soin de nous, de notre corps, de notre santé et de notre image influence notre façon de penser et notre motivation quotidienne.

Réajuster régulièrement nos objectifs

Nous évoluons, notre environnement aussi, il est donc important de revoir nos objectifs et de les ajuster si besoin. L’idéal est de nous adapter à notre environnement tout en gardant de vue notre objectif de vivre heureux à notre façon.

Réévaluer et réajuster un objectif est toujours juste dès lors que cela reste en adéquation  avec nos envies et nos valeurs.

Et vous, comment cultivez-vous votre optimisme et votre motivation ?

J’espère que tout comme moi, vous avez trouvé des clés dans cet article. Mais peut-être avez-vous d’autres outils pour booster votre optimisme et votre motivation que vous souhaitez partager dans les commentaires ci-dessous ?

Merci ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

2 Comments

  1. olive du 95

    je ne me lasse pas de parcourir ces articles, ils sont parfaitement rédigés, merci beaucoup pour ce partage.

    Reply
    1. Fifi Brindacier (Post author)

      Merci Olive d’avoir pris le temps de laisser ce commentaire très encourageant pour moi. Je suis ravie que mes articles vous plaisent !

      Merci ♥♥♥

      Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *