Améliorer notre communication et développer notre gratitude pour avoir des relations sociales épanouissantes | Psychologie positive

La communication et la gratitude sont deux aspects essentiels pour établir des relations sociales épanouissantes. Les relations humaines positives jouent un rôle primordial dans notre équilibre psychologique. Elles ont également un impact sur notre santé physique et notre espérance de vie. Le bonheur n’est en fait pas possible sans relations avec autrui.

Selon Martin Seligman, le fondateur de la psychologie positive :

Les relations sociales forment une condition nécessaire, mais non suffisante pour un bonheur élevé ; elles ne garantissent pas le bonheur, mais il n’est pas possible sans elles.

Pouvoir compter sur ses proches facilite le bonheur de vivre et être heureux conduit à entretenir des relations proches avec d’autres personnes, c’est un cercle vertueux. Des études établissent que le bonheur est associé à différents aspects de nos relations sociales : le groupe d’amis, le temps passé avec eux, les activités de loisir en groupe, la participation volontaire à des associations… Il est primordial d’aimer et d’être aimé pour un développement constant, une vie heureuse et des relations sociales épanouissantes.

Pour améliorer nos relations sociales, nous allons donc travailler notre gratitude et notre communication. Renforcer, développer et entretenir des relations sociales positives est fondamental dans notre quête du bonheur et du bien-être.

Relations sociales épanouissantes | Psychologie positive

Relations sociales épanouissantes | Psychologie positive

La gratitude

 

Le sentiment de gratitude peut venir d’un simple « Merci » dit avec le sourire. La gratitude vient aussi de notre capacité à nous réjouir de ce que nous considérons comme acquis : une famille, un toit, une bonne santé… Cette reconnaissance consciente de tous les aspects positifs de notre vie a un impact bénéfique sur nous. La personne qui accomplit un acte de gratitude en tire encore plus de bénéfices que celle qui le reçoit.

Définition

En psychologie positive, la gratitude ne se résume pas à une action, elle est également une émotion positive. Je vous invite à lire mon article “L’impact des émotions positives sur le bonheur et le bien-être” si ce n’est pas déjà fait :). Voici la définition commune de la gratitude : « reconnaissance pour un service, pour un bienfait reçu ; sentiment affectueux envers un bienfaiteur ». Les actes de gratitude permettent aussi de présenter des excuses ou de résoudre des problèmes.

La gratitude a non seulement pour objectif de développer et d’améliorer nos relations existantes mais également de former de nouvelles relations sociales épanouissantes. C’est un acte désintéressé qui vise à montrer notre appréciation sans attendre quelque chose en retour. Cependant, la gratitude est souvent contagieuse et nous apporte ainsi un juste retour des choses. Forte source d’émotions positives, elle est souvent réciproque car quand quelqu’un fait quelque chose de bénéfique pour nous, nous souhaitons généralement lui rendre la pareille.

La gratitude apporte du bien-être psychologique et parfois du bien-être physique. En effet, si nous sommes pleins de gratitude pour notre corps qui nous permet de faire tant de choses chaque jour, nous allons chercher à l’entretenir et à en prendre soin.

En développant consciemment notre sentiment de gratitude nous sommes moins frustrés, plus ouverts et plus optimistes. Nos objectifs sont aussi moins matérialistes et nous passons plus facilement outre notre sentiment d’envie.

Voici deux exercices qui vont nous procurer des émotions positives fortes et profondes et qui vont nous permettre d’améliorer et de développer des relations sociales épanouissantes.

Le journal de gratitude

Nous avons facilement tendance à nous lamenter sur ce qui ne va pas. Pour contrer cette attitude négative, focalisons-nous plutôt sur ce qui est bénéfique et positif dans notre vie.

En utilisant un journal de gratitude, nous allons chaque jour augmenter notre gratitude et par conséquent notre bien-être et notre bonheur. L’exercice est simple, il suffit de noter quotidiennement :

  • Ce qu’il nous est arrivé de bénéfique ;
  • Ce qui nous a procuré une émotion positive ;
  • Ce que nous avons réalisé et dont nous tirons un sentiment d’accomplissement, de gratitude… ;
  • La manière dont nous nous sommes fait plaisir en comblant quelqu’un ;
  • Les choses agréables que nous avons vues, entendues, goûtées, touchées ou senties ;
  • Tout bien-être que nous avons ressenti.

En tant que « Maman en Quête d’Equilibre », j’apprécie les moments de solitude qui me permettent simplement de FAIRE CE QUE JE VEUX ! Manger ce dont j’ai envie dans le calme par exemple… Et en même temps, je suis tellement heureuse quand je récupère mes enfants en fin de journée !

Particulièrement la petite, qui lance un « Maman ! » tonitruant en courant vers moi pour me serrer si fort dans ses petits bras ♥♥♥ J’en profite, parce que les grands, ils ne font plus ça depuis longtemps ! C’est peut être le fait d’être consciente que ça va s’arrêter un jour qui me fait apprécier en puissance 10 ces moments privilégiés.

Faire ce travail au quotidien nous éveille aux merveilles de notre vie. Quand nous avons acquis le réflexe d’être attentifs à tout ce qui nous procure de la gratitude, nous pouvons le faire de façon hebdomadaire. Réservons-nous le droit de repasser à cet exercice au quotidien si la négativité pointe le bout de son nez 😉 !

La lettre de gratitude

 

Lettre de gratitude | Psychologie positive

Lettre de gratitude | Psychologie positive

Exprimer notre gratitude, notre reconnaissance peut se faire en adressant nos remerciements aux autres. C’est un vecteur de bien-être général et un facteur de réduction des symptômes dépressifs.

En effet, donner ou recevoir des remerciements nous apporte des émotions positives. Malheureusement, nous n’exprimons que rarement notre gratitude aux personnes et aux choses de la vie pour lesquelles nous ressentons de la reconnaissance.

L’exercice de la lettre de gratitude est une opportunité pour améliorer nos relations sociales et pour générer des émotions positives. Alors, à qui choisissez-vous d’adresser votre (ou vos) lettre(s) de gratitude ?

Je vous propose de choisir une personne à laquelle vous n’avez jamais exprimé votre gratitude jusqu’à présent. Cette personne vous a peut-être été d’une grande aide à un moment de votre vie, ou peut-être a-t-elle été particulièrement agréable avec vous.

Prenez le temps de réfléchir et de choisir cette personne qui a marqué positivement votre vie. Vous pouvez chercher dans votre famille, vos amis, vos collègues de travail, vos professeurs…Ensuite, écrivez-lui directement en décrivant pourquoi vous souhaitez la remercier (ce qu’elle a fait pour vous, ce qu’elle vous a apporté…).

En faisant cet exercice, j’ai tout de suite pensé à celle que je considérais comme ma deuxième Maman quand j’étais enfant. C’était la voisine de mes grands-parents et j’étais toujours la bienvenue chez elle. Grâce à elle, j’ai découvert les 4 saisons de Vivaldi qu’elle écoutait en faisant joyeusement le ménage, les choux à la crème qu’elle préparait avec amour et bonheur…Cette exercice a généré chez moi des larmes de gratitude ♥♥♥

La communication

 

Les relations sociales épanouissantes passent par une bonne communication. Communiquer avec les autres est un véritable art de vivre. Pour bien communiquer avec notre entourage et ainsi mieux nous sentir en société, il est nécessaire de comprendre quelques règles de base. En effet, il existe de grands principes dans les relations humaines.

Nous sommes tous différents et personne n’a tort ni raison !

Comment réussir à communiquer et à s’ouvrir aux autres ? Il est essentiel de comprendre que nous sommes tous différents et que personne n’a tort ni raison 😉 ! Nous avons simplement des visions du monde différentes du fait de notre histoire et de nos expériences de vie.

Nos comportements et nos actions nous semblent tout à fait appropriés et pourtant ils peuvent être perçus différemment par nos interlocuteurs… De la même façon, nous ne comprenons pas certaines réactions de notre entourage que nous jugeons parfois stupides….

Voici quelques points à travailler pour une meilleure communication :

  • La critique : La personne qui reçoit une critique risque de se fermer, de se mettre sur la défensive. Parfois même, blessée dans son amour-propre, elle en veut à l’émetteur du reproche. La critique s’avère donc souvent inutile et en plus elle ne mène surtout pas au changement souhaité chez l’interlocuteur ;
  • Le regard critique : Avoir un regard critique sur notre entourage peut l’aider et le faire évoluer. Il est indispensable de savoir exprimer ce regard critique sans propos néfastes envers les autres ;
  • L’envie : Chaque être humain souhaite être reconnu, apprécié et aimé. C’est un désir commun à tous qui nous fait avancer et nous guide. Qu’il s’agisse du dernier pommephone, d’un sac de luxe ou d’une paire de running de marque, le but de ces achats est de s’identifier à un groupe et de se sentir important au travers du regard des autres. C’est notre besoin d’appartenance qui entre ici en jeu, tout comme lorsque nous souhaitons capter l’attention de l’autre par des paroles et des actes qui comptent pour lui. C’est en donnant envie à l’autre, en éveillant sa curiosité et en faisant naître son enthousiasme, qu’il se révèlera et développera ses meilleures qualités.

S’intéresser aux autres et complimenter

Souligner les choses bien faites, remercier et complimenter notre entourage a un réel impact et change le regard de l’autre sur nous. Alors bien sûr, cela suppose de parler moins de soi et de s’intéresser aux autres !

Il ne s’agit pas de se forcer systématiquement à être souriant, à complimenter et à s’intéresser à l’autre. Par contre, en étant conscient de développer ainsi des relations sociales épanouissantes, nous pouvons en faisant quelques efforts au début, y arriver rapidement de façon naturelle, sincère et spontanée. Rester authentique et en accord avec nous-mêmes est essentiel !

Voici quelques pistes :

  • Montrer notre intérêt

Pour être perçu comme quelqu’un de sympathique et bienveillant, rien de tel que de prendre des nouvelles de l’autre en posant des questions toutes simples : « Comment s’est passé ton week-end ? », « Quels sont tes projets pour l’été ? », « Ta fille aime toujours autant les chevaux ? »…

  • Écouter vraiment

 Dans notre société, la vitesse est valorisée, du coup nous voulons toujours aller plus vite, faire plusieurs choses à la fois…Alors oui, nous, les femmes, nous en sommes tout à fait capables 😉 ! Passons sur ce cliché 😉 et attardons-nous à la qualité d’écoute que nous avons lorsque nous préparons un repas, rangeons ou faisons n’importe quelle autre tâche (y compris regarder nos différents fils d’actualité sur les réseaux sociaux).

Peut-être que comme moi, vous avez l’impression d’écouter vos enfants ou votre conjoint dans ces moments-là. Alors faites ce test : arrêtez-vous et concentrez-vous uniquement sur la discussion.

Offrir une écoute attentive est un moment privilégié de partage. Écouter, juste écouter, pas besoin de donner de conseils ni même notre avis s’il ne nous est pas explicitement demandé 😉 !

Communication | Psychologie positive

Communication | Psychologie positive

  • Faire des compliments

J’ai testé le compliment « Je suis fière de toi et tu peux l’être aussi » avec mes enfants et je le trouve super puissant ! Avec cette phrase, non seulement j’exprime à mon enfant l’intérêt que je lui porte, je pose ainsi un regard extérieur positif sur lui. Mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est que je l’invite à être fier de lui et donc à rechercher à l’intérieur de lui-même la reconnaissance. Bref, vous l’aurez compris, s’affranchir du regard de l’autre est important pour moi. Et ce n’est pas simple…alors autant commencer jeune 😉 !

Nous avons beaucoup d’occasions pour complimenter les autres : un bon repas, une nouvelle coupe de cheveux, un jardin fleuri, un beau dessin… Complimenter l’autre nous met sur le chemin des interactions positives.

  • Gérer un désaccord ou un conflit

Dans certaines situations nous sentons l’agacement monter en nous. Il est alors important de laisser filer ce temps d’énervement avant de nous exprimer. Cela permet de maîtriser notre colère plutôt que de la laisser éclater et risquer ainsi d’envenimer les choses.

Laissons l’autre exprimer ses reproches, ses problèmes, ses opinions sans l’interrompre. De cette façon nous pouvons chercher les points de discussions qui nous permettront peut-être de trouver un terrain d’entente.

Si nous sommes en désaccord avec notre interlocuteur, il est important de commencer la discussion en précisant que nous ne sommes pas d’accord mais que nous voulons en parler. Par exemple : « Désolée, mais je ne suis pas tout à fait d’accord, j’aimerai prendre le temps de t’expliquer pourquoi et tu me diras si j’ai tort ».

La discussion qui s’ensuit permet à chacun d’identifier ses torts et ses erreurs et de les reconnaître honnêtement. Il ne nous reste alors plus qu’à dire à notre interlocuteur que nous allons corriger nos erreurs (et à le faire réellement, bien sûr ;)) !

En remerciant ensuite notre interlocuteur d’avoir pris le temps de discuter et en lui demandant de ne pas hésiter à nous informer de ses soucis et reproches envers nous, nous ouvrons la porte à des relations sociales épanouissantes.

  • Exprimer nos reproches

Lorsque nous exprimons des reproches à quelqu’un, nous attendons un changement de sa part. Mais en lui parlant directement de son erreur et de ce que nous souhaitons qu’il corrige, il risque de se fermer à la discussion et au changement….

En fonction des situations et des interlocuteurs, voici donc deux manières d’aborder le sujet :

  • Commencer par un compliment puis enchainer avec ce que nous reprochons. Par exemple, à ma fille de 5 ans, grande fan de pissenlits et de mélanges en tous genres, je dis « Ta robe est magnifique et elle te va si bien ! Tu as oublié de mettre tes vêtements de jardinage avant d’aller cueillir des pissenlits, tu sais que ça tâche les habits. Je te demande d’aller te changer et je compte sur toi pour ne pas refaire la même erreur. J’ai confiance en toi » ;
  • Débuter par une auto-critique avant d’introduire le reproche. Par exemple, à ma collégienne et à mon lycéen qui rentrent parfois énervés et agressifs après une dure journée, je dis « Tu sais que moi la première, quand je suis fatiguée, je ne te parle pas toujours très bien et je sais à quel point ça peut te blesser. Alors je me permets de te dire que tu m’as déçue en me parlant de cette façon. Mais je sais que tu t’en es rendu compte et qu’à l’avenir tu essaieras de te contrôler ».

Et vous, comment faites-vous pour avoir des relations sociales épanouissantes ?

 

Nous venons de voir plusieurs façons d’améliorer nos relations avec notre entourage. Bon, ça ne va pas se faire tout seul, nous avons quelques efforts à faire avant que ça ne devienne automatique. Mais le jeu en vaut la chandelle ! Nous sommes sur le chemin de notre épanouissement ☼☼☼

Ainsi se termine ma formation sur la psychologie positive, je suis heureuse de l’avoir suivie et d’avoir pris le temps d’écrire cette série d’articles pour organiser ces informations dans mon cerveau et ainsi vous les partager.

Je serais ravie de lire vos retours dans les commentaires ci-dessous !

Merci ♥♥♥

Photo by Ben White , rawpixel , Harli Marten on Unsplash

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *