Heureux et épanoui : mettre du bonheur et du bien-être dans son quotidien | Psychologie positive

Mieux comprendre le bonheur pour être à même de le développer pas à pas dans notre quotidien : voilà l’objectif du troisième module de la formation en psychologie positive que je suis actuellement.

Nous avons tous le même but dans la vie : être le plus heureux et épanoui possible ! Nous devrions donc chaque jour travailler à améliorer notre bonheur. Mais les tentations dans notre société moderne sont nombreuses….

Nous avons toujours envie de ce que nous n’avons pas. Nous n’avons pas assez de temps pour nous. Nous ne savons pas ce qui nous correspond vraiment. Nous ignorons ce à quoi nous aspirons…

Heureusement, la psychologie positive est née pour nous apporter des pistes d’amélioration ! Je vous propose de partir à la découverte de ce bonheur et de ce bien-être en passant de la théorie à la pratique.

Le bonheur

La notion de bonheur est au centre des préoccupations de l’homme depuis le 3ème siècle avant J-C, Épicure en parlait déjà dans ses travaux !

Définition du bonheur

Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, un état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents. Le bonheur n’est pas seulement un état passager de plaisir, de joie, il représente un état d’équilibre qui dure dans le temps.

Cet état d’équilibre durable me parle plus que le terme bonheur… Quand j’ai choisi d’appeler mon blog « Maman en quête d’équilibre », je pensais à l’équilibre du corps et de l’esprit, à l’équilibre entre la vie sociale, familiale et professionnelle… bref, à une vie satisfaisante dans sa globalité.

Notre corps et le bonheur

Notre organisme produit des substances chimiques dans certaines circonstances. On parle parfois des « hormones du bonheur ». Des chercheurs ont observé que le taux de ces substances dans le corps chute chez les personnes en état de dépression.

Voici quelques exemples de substances chimiques liées au bonheur :

  • L’endorphine, bien connue des sportifs, dont le taux augmente par l’effort fourni en faisant de l’exercice physique par exemple ;
  • La dopamine, sécrétée dans des situations jugées agréables par notre cerveau. Elle nous donne l’envie de faire, nous incite à passer à l’action… L’atteinte de micro-objectifs à court terme produit de la dopamine, autrement dit du plaisir, qui incite à recommencer ;
  • La sérotonine, produite par la satisfaction et également par l’exercice physique. Noter dans notre « Carnet du bonheur et des petits plaisirs » nos réussites du jour contribue à la sécrétion de sérotonine en nous aidant à nous apprécier à notre juste valeur.

La part génétique du bonheur

Dans les années 90, des scientifiques ont travaillé sur le lien potentiel entre le bonheur et l’héritage génétique. Il en ressort que notre héritage génétique est responsable à 50% de notre bonheur.

Nous ne pouvons pas agir sur ces 50%, mais seulement veiller à entretenir ce que nous avons reçu en héritage. A la naissance, nous ne sommes donc pas égaux face au bonheur !

La bonne nouvelle, c’est que nous avons tous la possibilité d’agir sur les 50% restants ! C’est ici qu’intervient la psychologie positive en nous outillant pour atteindre un niveau de bonheur aussi élevé que possible sur cette moitié de bonheur sur laquelle nous pouvons agir.

La moitié de notre bonheur est conditionné par nos gênes ; l’autre moitié par nos actions, nos comportements, notre environnement…

Les 3 conceptions du bonheur et du bien-être en psychologie

L’intérêt porté par les psychologues sur les notions de bonheur et bien-être se décline en 3 conceptions que voici :

  • La conception hédonique du bonheur : notre vie est-elle caractérisée par des moments plaisants ou par des expériences désagréables ? Ce concept définit le bonheur comme un bien-être subjectif qui selon le psychologue Ed Diener est déterminé par 3 piliers :
    1. Les émotions positives ;
    2. Les émotions négatives ;
    3. L’évaluation cognitive de notre vie, autrement dit notre satisfaction par rapport à notre vie.
  • La conception eudémonique du bonheur : Chacun vérifie que son existence est conforme à ses souhaits en s’interrogeant sur ses buts, ses attentes, ses réussites. « La pyramide des besoins » de Maslow correspond à cette approche. C’est également le cas de « la théorie du développement psychologique et de la réalisation de soi » de Carl Rogers.
  • La théorie du bien-être ou PERMA model : Le bonheur et le bien-être sont ici des notions différentes. Le bien-être est un concept alors que le bonheur est quelque chose de réel et de mesurable. Le bien-être lui, dépend de différents facteurs ce qui le rend non-mesurable.

Les conceptions hédonique et eudémonique, longtemps en désaccord, ont poussé les psychologues à développer une théorie plus moderne : la psychologie positive de Seligman qui différencie bonheur et bien-être.

Voyons de plus près les facteurs qui jouent sur notre bien-être dans le PERMA model de la psychologie positive (PERMA signifie en anglais : Positive emotion, Engagement, positive Relation-ships, Meaning, Accomplishment).

Les composantes du bien-être

Le bien-être intègre plusieurs composantes : les émotions positives, l’engagement, les relations personnelles positives, le sens de la vie et l’accomplissement. Selon Seligman, développer ces 5 éléments peut nous aider à atteindre une vie de plénitude, de bonheur et de sens.

Les émotions positives

Cultivons nos émotions positives pour être heureux et épanoui

Cultivons nos émotions positives pour être heureux et épanoui

Les émotions positives sont directement liées au bonheur. Elles font appel à nos capacités à :

  • Sourire ;
  • Être optimiste ;
  • Nous représenter le passé, le présent et le futur dans une perspective positive.

Parmi les émotions positives, distinguons le plaisir de la joie :

  • Le plaisir correspond à la satisfaction des besoins corporels nécessaires à la survie : la soif, la faim et le sommeil ;
  • La joie vient de la stimulation et de la créativité intellectuelle.

Les chercheurs en psychologie positive ont mis en évidence le fait que les personnes les plus heureuses sont celles qui cultivent le plus les émotions positives ! L’enseignante-chercheuse Barbara Fredickson et son équipe ont démontré que les émotions positives favorisent les comportements positifs, les relations positives, un meilleur état de santé, une plus grande longévité…

Voici un exercice à faire au quotidien pour faire ressortir le positif dans notre vie :

« Listez 3 choses positives (petites ou grandes) qui sont arrivées au cours de votre journée. Notez pourquoi selon vous elles se sont passées et notez également la ou les émotions positives que vous avez pu ressentir. »

Constater qu’il y a beaucoup de positif dans notre vie apporte davantage de bien-être et est très motivant. C’est tout l’objet de notre “Carnet du bonheur et des petits plaisirs“, notion abordée dans mon article “Découverte de la psychologie positive“.

L’engagement

L’engagement et/ou la capacité à s’engager sont positivement associés au bien-être personnel. L’engagement est une source de motivation énorme, c’est un carburant puissant capable de mettre en mouvement les corps les plus inertes.

Voici les caractéristiques du concept d’engagement :

  • L’énergie, qui se caractérise par l’investissement personnel et la volonté de produire des efforts pour notre activité. L’engagement augmente notre résistance à la fatigue et stimule notre persévérance et notre résilience ;
  • Le dévouement (implication), qui se manifeste par un fort investissement personnel, de l’enthousiasme, de la fierté et le souhait de relever des défis pour une cause qui nous tient à cœur ;
  • L’absorption (imprégnation ou “flow”) est définie comme le plaisir à s’immerger dans son travail ou son activité et la difficulté à s’en détacher entraînant parfois une perte de notion du temps.

Avoir dans nos vies des activités qui demandent notre plein engagement est important pour apprendre, grandir et nourrir notre bonheur personnel. Notre bien-être augmente quand nous sommes totalement absorbés dans le moment présent que ce soit par la pratique d’un sport, le bricolage, le fait de travailler sur un projet intéressant…

Trois conditions sont nécessaires pour atteindre cet état de concentration et de pleine implication appelé « flow ». L’activité doit comporter :

  • Des objectifs clairs et une progression ;
  • Un feedback clair et immédiat ;
  • Un bon équilibre entre les défis perçus et nos compétences perçues.

Je vous invite à explorer vos expériences de « flow » en faisant cet exercice :

« Réfléchissez à un moment où vous êtes tellement absorbé par ce que vous faites que le temps n’existe plus. Notez où et quand ça se passe, avec qui, ce que vous faites exactement, ce que vous ressentez quand vous démarrez l’activité mais également pendant et après l’activité. »

Cet état de « flow » me fait penser au jardinage. Qu’il s’agisse de nettoyer les fraisiers, de tailler les arbustes ou même de tondre la pelouse, je suis absorbée par ce que je fais. Je suis seule et en plein air. J’organise la tâche comme je le souhaite. Je me fixe mes propres objectifs et je rentre en action. Étape après étape, j’avance méthodiquement. Et à la fin, j’admire mon travail, pleine de satisfaction ! Rien que d’y penser je me sens bien…

Ensuite, posez-vous les questions suivantes pour améliorer votre bien-être :

« Pensez à d’autres activités qui vous permettent de ressentir ce même état de « flow » dans votre vie. Pouvez-vous trouver des points communs entre toutes ces activités (le fait d’être toujours ou jamais seul, d’être toujours à l’abri ou en plein air…)? Pensez-vous pouvoir faire ces activités plus souvent ? Quelle serait la première étape pour faire ces activités plus souvent ? »

Je suis tout aussi absorbée quand j’écris un article pour mon blog, quand je me forme (seule ou en groupe), quand je fais du tri… Points communs : je choisis et décide de l’activité (sujet de l’article, thème de la formation) et de la façon de la réaliser, et à la fin je vois mon avancée. Oui je peux faire ces activités plus souvent en déterminant des jours et créneaux horaires. Vite mon agenda ;)!

Relations humaines positives

Les relations humaines positives augmentent notre bonheur et notre bien-être au quotidien

Les relations humaines positives augmentent notre bonheur et notre bien-être au quotidien

Les relations et les liens sociaux sont l’un des aspects les plus importants de la vie. Nous nous développons au travers de connexions, d’amour, d’intimité et d’une forte interaction émotionnelle et physique avec d’autres humains.

Voici un exercice pour se connecter aux autres :

« Prenez le temps chaque jour d’écouter quelqu’un qui vient vous parler ou avec qui vous avez une discussion. Que ce soit une personne de votre entourage ou un inconnu avec lequel vous avez une interaction imprévue, laissez les choses se faire le plus naturellement possible. »

Quand on est Maman, écouter ses enfants et discuter avec eux est essentiel pour des relations saines et équilibrées mais aussi pour le bon développement de nos enfants. C’est pour moi un plaisir d’accueillir mes enfants les uns après les autres à la fin de leur journée d’école. J’ai la chance d’être présente et d’avoir du temps à accorder à chacun. C’est grandement facilité par le fait qu’ils rentrent à des heures différentes…

Sens de la vie

Le sens de la vie est une étape indispensable au bien-être de chacun. Pour mener une vie de bonheur et d’épanouissement, il est important d’avoir un but et de trouver un sens à notre présence sur Terre.

Au-delà de la recherche du plaisir et de la richesse matérielle, il y a un autre sens à notre vie, celui qui nous donne une raison de vivre et nous indique qu’il y a un but plus grand à poursuivre dans notre existence.

Voici 2 questions directement liées au concept du sens de la vie :

« Que dois-je faire de ma vie ? Qu’est-ce que j’aime et qui est vraiment important pour moi ? »

Ces questions trouvent des réponses différentes à chaque étape de nos vies. Quand nous devenons parents, nous pouvons être tentés de tout ramener à nos enfants. Oui nous les aimons, oui ils sont ce que nous avons de plus important dans nos vies.

Notre rôle de parent est d’amener nos enfants vers l’autonomie en leur donnant les bases nécessaires pour qu’ils puissent prendre leur envol. Il sera d’autant plus facile pour eux de voler de leurs propres ailes qu’ils n’auront pas d’inquiétudes pour leurs parents… Notre rôle de parent est aussi de prendre soin de nous-mêmes pour le plus grand bien de nos enfants.

Accomplissement (ou réalisations)

Nous avons tous besoin d’avoir des buts dans la vie. Atteindre nos objectifs nous donne un sentiment d’accomplissement. L’accomplissement personnel est placé en haut de la pyramide des besoins d’Abraham Maslow. C’est un de nos besoins fondamentaux, c’est  aussi une forme de recherche de bonheur et de sagesse.

Nous fixer des objectifs réalisables susceptibles de nous apporter du plaisir est primordial. Le simple fait de fournir un effort pour réaliser ces objectifs peut déjà nous donner un sentiment de satisfaction. Atteindre nos objectifs nous procure un sentiment de fierté et d’accomplissement. Ce sont ces accomplissements qui nous poussent à nous développer et à nous épanouir.

Je vous invite à lire mon article “Tenez vos bonnes résolutions” pour vous fixer des objectifs et les tenir !

Et vous, avez-vous identifié les domaines de vie primordiaux pour votre bien-être ?

J’espère que cet article vous a permis de faire le point sur les domaines qui comptent le plus pour vous aujourd’hui, d’analyser où vous en êtes et de poser vos objectifs de progression. Je vous propose de partager dans les commentaires ci-dessous ce que vous mettez en place pour maximiser votre potentiel d’épanouissement.

Merci ♥♥♥

 

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *